Carte blanche à Jade

THE BLACK PIECE : IMPRESSIONS EN FORME DE FLASHS

Noir. Le spectacle commence. Silence. Silence! se fait-on rappeler à grands coups de chuchotements pas-si-silencieux. J’ai un souvenir feutré du début du spectacle, comme s’il s’était fait à pas de loup. C’est faux, mais qu’importe.

Ce qui me marque: les pupilles des danseurs captées par caméra, retransmises sur ce grand écran en fond de salle. Leurs mouvements, projetés, ludiques, sensuels, saccadés, suspendus. Leurs souffles, projetés, ludiques, sensuels, saccadés, suspendus. Leurs ombres, projetées, ludiques, sensuelles… La plongée masturbatoire qui se termine sur une boîte à musique. Le regard qui est autant direction que faisceau lumineux. La moustache qui fait un bruit de planche à laver. Un dos. Des nuques. Beaucoup de souliers. Un enfant qui joue. Une radiographie de poumons. Un lipdub de trop? Nah, le plaisir qui s’en dégage rachète tout cela.

La proposition est belle, le résultat respire l’exploratoire, avec tout ce que cela comporte de risques, d’approximations et de moments de grâce.

black016.jpg

 

A propos de The Black Piece de Ann Van den Broek au FTA 2016…

 

Les gorgones sont ouvertes aux commentaires, elles apprécient aussi les courriers à lesgorgonesdufta@gmail.com : elles se feront un plaisir de vous lire, vous répondre où vous publier sous forme de carte blanche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s