ETERNAL.

ETERNAL

Tu revis éternellement la scène, ça tourne en boucle dans ta tête. Tu revis éternellement la scène, à force ça te fait rire. Même si tu regrettes les hésitations dans tes phrases et ce ton que tu as pris. Ça tourne en boucle dans ta tête. Tu n’as plus besoin de garder la face, il n’y a plus rien à garder. Tu revis éternellement la scène, tu ne sais vraiment pas ce qu’il va se passer maintenant. Ce n’est pas un rire joyeux mais un rictus nerveux. Tu revis éternellement la scène, ça tourne en boucle dans ta tête, ton visage dit mille fois plus que tes mots. Tu revis éternellement la scène, tu y découvres des sens souterrains. Tu ne t’attendais pas à ça. En face de toi il y a un inconnu intime. Un complice bourreau. Un sniper. Tu rejoues éternellement la scène, ça devient drôle à la fin. Tu te sens damné, tu te sens Sisyphe, t’as envie de pleurer-sourire. T’es froideur-tendresse mêlé. Tu ne comprends plus tes mots, tu ne sais plus si c’est bien de toi que tu parles. Tu te perds dans le sous-texte. Tu revis éternellement la scène, tu te grattes, l’autre défait ses cheveux, le corps défait le grandiose. Le corps assume sa défaite. C’est un exercice. Répéter. Encore. Again. Again. C’est un passage obligé. Tu rejoues la scène, éternellement, mais tu connais la conclusion. Et il n’y a pas d’issue. Il faudrait suspendre le temps. Il faudrait couper.

Dans la salle il y a un très jeune couple, le genre de très jeune histoire très très emplie d’amour. A la moitié du film, ils partent d’un même mouvement, le même grand sourire aux lèvres. Je pense savoir ce qu’ils ont en tête. Mon regard retourne au double écran. Mon iris obstinément fixé sur la variation du même. Mon iris qui se croit protégé, qui se laisse bercer, l’attention vaguement altérée. Mon iris lâche prise et ne voit pas la brèche, la flèche qui va s’engouffrer, qui va venir se planter… Tu revis la scène éternellement, hypnotisé, fatigué. Tu n’as plus la même qualité de regard. Tu ne sais pas si tu voudrais en finir ou garder cela à vif. Rester encore un peu. Ça tourne en boucle dans ta tête. Mais ça ne sera plus jamais, jamais la même histoire.

Informations sur le spectacle 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s